Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2012

Les Notes / 19

on sait que la perception de Kerouac par le « grand public » restera toujours attachée à On the Road (elle l’est encore aujourd’hui) / en réalité, Kerouac était moins « grand voyageur » (Tennessee Williams en était un vrai, lui) qu’écrivain sans feu ni lieu / ses voyages s’expliquent par sa pauvreté, la décision de se consacrer entièrement à son art, l’attente de l’argent du succès, etc. / il se rendait au Mexique pour vivre & écrire parce que la vie y était bon marché / le trip « on the road » est littéraire, inspiré à la fois de Wolfe (le Poème de l’Amérique) & de Jack London (écrivain aventurier, qui a écrit The Road) / Kerouac ne voyage pas réellement, il ne va jamais où il n’a pas d’amis, On the Road le démontre très clairement / en somme, il ne part jamais véritablement à l’aventure (voir Le vagabond solitaire : « Je n’étais pas un véritable vagabond, je savais que mon succès d’écrivain m’assurerait la protection de la société », ou quelque chose de ce genre) / il y a eu une courte période (1947-1950, peut-être), correspondant d’ailleurs à On the Road, où Kerouac a effectivement un peu « voyagé », mais, là encore, il ne voyage pas véritablement, il se rend chez Un Tel ou Un Tel habitant ici ou là : amis étudiants de Denver, Burroughs à La Nouvelle-Orléans, au Mexique, à Tanger, Henri Cru puis Cassady à San Francisco, sa famille en Caroline du Nord & en Floride, il va porter le mobilier de sa mère à New York avec Neal, travailler à Chicago pour rembourser sa caution dans l’affaire Kammerer, à Mexico pour la vie bon marché, à New York pour travailler avec ses éditeurs, &, dès la première moitié des années 1940, à Washington, où travaille Sampas ( ? ) : habitude prise jeune dont il ne changera jamais / puis il deviendra pratiquement sédentaire quand il aura de l’argent pour acheter une maison, c’est-à-dire quand il n’aura plus besoin d’aller ailleurs, ici & là, pour se faire héberger

Écrire un commentaire